Que faire par grand froid ?

Je me rappelle, quand j’étais enfant, avoir souvent entendu dire par les « vieux » qu’une folie climatique (canicule, grand froid, tempête) – même sans être extrême – était certainement due aux Spoutniks russes qui orbitaient au-dessus de nous. Aujourd’hui l’émission trop importante de gaz à effet de serre est le facteur principalement dénoncé pour être responsable de tout ce qui peut nous arriver.
Étrange comportement que celui de l’homme de devoir toujours trouver un fautif, voire coupable, pour expliquer les phénomènes qui le perturbent. Il est vrai qu’accuser, c’est finalement se rassurer. Identifier un présumé coupable c’est par la même occasion se disculper. Ce n’est pas moi, c’est…

Bref ! Tout cela nous éloigne de la question posée précédemment « Que faire par grand froid ? ».
Entendons-nous bien, il ne s’agit pas de décider de quelle manière nous allons occuper notre après-midi de dimanche, savoir si nous allons aller rendre visite à la grande-tante-du-côté-de-maman-qui-est-seule-dans-sa-maison ou si nous allons enfin apprendre à jouer au KiCestKiaDisCa. Non, ce serait plutôt de savoir comment faire pour supporter un peu mieux, moralement ou physiquement, les morsures glaciales de l’hiver.

1. Certains prôneront la posture écocitoyenne (de base et de bon sens).
Sachant que la consommation d’électricité augmente fortement quand la température extérieure est très froide, sachant que pour répondre à cette importante demande des moyens complémentaires de production d’électricité sont activés mais qu’ils sont fortement émetteurs de CO2, sachant qu’il faut échapper aux coupures dramatiques d’électricité, il est donc nécessaire d’agir individuellement pour modérer notre consommation en appliquant des gestes simples :
– ne chauffer que les pièces nécessaires
– de même n’éclairer que les endroits nécessaires
– éviter de trop chauffer
– éviter de mettre en marche les appareils domestiques en période de pic (17h-20h)
– laisser les volets fermés la nuit et en cas d’absence
Bien. Très bien.

2. D’autres appliqueront toutes ces mesures simplement en partant de chez eux…et en s’envolant vers d’autres latitudes plus clémentes !
Bénéfices immédiats garantis. Nul besoin de chauffer ni d’éclairer une maison vide, donc pas de consommation d’énergie. En revanche, pleine possibilité de profiter de l’énergie solaire d’hiver captée hors de France pour revigorer nos muscles rafraîchis, hâler notre teint blafard, faire le plein de lumière (capital ça, la luminothérapie), prendre des bains chauds (important ça, le thermalisme), du coup avoir le moral (fondamentale ça, être positif) ce qui rend notre entourage plus heureux…et le bonheur ça n’a pas de prix !

Bien sûr des soleils d’hiver aussi bénéfiques ne se retrouvent pas n’importe où.
Alors, rien que pour vous et pour commencer votre programme de soins intensifs, voici une sélection éprouvée :

– Vamizi, Mozambique : Vamizi Island Lodge
– Lamu, Kenya : Kiwayu Safari Village
– Los Roques, Vénézuela : Posada Caracol
– Concept Island, Madagascar : Tsara Banjina
– Tofo, Mozambique : Bahia Sonambula
– Bahia, Brésil : Itacare Eco Resort
– Denis Island, Seychelles : Denis Island Lodge
– Cabo San Lucas, Mexique : Esperanza Resort
– Pemba Island, Tanzanie : Fundu Lagoon