Photographier en forêt tropicale humide

La Photographie en forêt tropicale est très difficile. Cela ne veut pas dire qu’il faut se décourager. Bien au contrainte, il faut mettre toutes les chances de son coté pour revenir avec les images espérées…

Les principaux obstacles sont : le manque de lumière qui frôle souvent l’obscurité la plus complète, l’humidité qui met votre matériel à rude épreuve et surtout le gigantisme de la nature environnante qui met les aras, toucans et autres volatiles à des hauteurs injouables !
Il est donc important de bien s’organiser, tant pour le matériel que pour l’organisation des excursions.

Le guide naturaliste est ici indispensable pour entendre et repérer des animaux que vous ne verriez pas seul, même à deux pas. Seuls leur connaissance du terrain et leurs yeux aguerris pourront vous permettre de profiter de qui vous entoure et, éventuellement, faire quelques images.
En forêt tropicale, n’oublions jamais que « si nous voyons 10% de ce qui nous regarde, nous aurons vu beaucoup ».

Il est ensuite important d’essayer de prendre de la hauteur par rapport à la nature pour éviter une contre-plongée trop importante.
La plupart des espèces (surtout les « gros » oiseaux) vivent à la lumière, c’est-à-dire au niveau de la canopée. Un ara survolant cette canopée à 40 mètres de hauteur n’est qu’un point minuscule sur le film ou  à l’écran, même avec un 500mm. Utilisez une plate-forme, la configuration du terrain, etc… mais évitez de monter aux arbres : c’est haut, glissant et habité par des locataires souvent enclins à vous donner un coup de crochet venimeux…

Un autre univers photographique – plus abordable physiquement et financièrement – vous est ouvert : la macrophotographie.
Le vivier est inépuisable !
Si la macro vous intéresse, investissez dans un objectif adapté (pas obligatoirement très coûteux) et dans une combinaison de flashs.

Dernier conseil, entretenez quotidiennement votre matériel. L’humidité est présente partout et il est impératif de sécher régulièrement vos boîtiers et vos objectifs. Mettez-les au soleil quelques minutes dès que possible. Même principe de précaution avec les cartes mémoire qui seront très protégées.

En dehors de tout aspect photographique, sachez profiter et admirer la nature vierge et préservée qui vous entoure.
Ces endroits deviennent rares et il est important de les savourer à leur juste valeur.

Matériel Photographique :

Voici une courte liste du matériel indispensable pour faire des photos en forêt tropicale humide :

– Boîtier reflex numérique permettant une grande sensibilité (iso) sans perte de qualité dans l’image
– Objectif très lumineux 300mm minimum (500 ou 600 mm étant l’idéal) + convertisseur x 1,4
– Objectif 17-35mm pour des plans larges
– Pour la macrophotographie : objectif 50mm ou 100mm macro + combinaisons de flashs.

Accessoires :

– Presque indispensable : pied photo avec rotule
– Sac ou valise étanche pour protéger le matériel photographique de l’humidité (avec cristaux anti-humidité)
– Chiffon sec pour essuyer votre matériel
– Flash avec cordon de flash – à utiliser avec modération
– Sac étanche pour poser votre matériel sur le sol
– Jumelles (lumineuses)
– Produits antimoustiques (force « tropicale » !)

J’ai sélectionné quelques photos qui pourront vous inspirer et vous donner envie de partir à la découverte des milieux tropicaux humides. Voici quelques images tout droit venues d’une des régions les plus fascinantes et les plus excitantes du monde, le Pantanal, au Brésil…, suivez la piste, et  pour les photographes expérimentés, faites chauffer les boitiers numériques, Etendues Sauvages s’occupe d’organiser la logistique !

J’invite également les plus curieux d’entre vous à prendre le temps de lire notre article consacré à l’exploration de la forêt tropicale humide.

A bientôt donc, au détour d’une forêt…