Vagabondages polaires avec Rémy Marion

Auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages sur la nature en milieu polaire et spécialiste incontournable de l’ours blanc, le photographe Rémy Marion qui compte plus de 150 voyages dans les zones polaires, encadre chaque année plusieurs voyages concoctés par Étendues Sauvages dans ces territoires extrêmes.
Portrait d’un passionné engagé qui n’a pas froid aux yeux !

Naître à Honfleur d’un père marin pêcheur aurait pu donner une toute autre orientation à la passion qui anime ce grand photographe animalier, ambassadeur et portraitiste reconnu de l’ours polaire… Il aurait pu, par exemple, voguer sur les mers, plonger dessous ou encore devenir photographe de la marine ! Mais la vie aime les chemins de traverses et lorsque Rémy Marion entre dans l’âge adulte, ça n’est ni à la barre ni derrière l’objectif qu’on le retrouve, mais au sein de l’industrie chimique… Jusqu’à cette année 1986 quand un premier regard jeté sur les régions polaires changera le cours de son existence. « Je ne rejette pas du tout ce passé industriel, raconte-t-il, d’ailleurs sans ce travail, je n’aurais sans doute pas eu les moyens de découvrir cet environnement ».
Le Grand Blanc ne cesse dès lors de le fasciner.
Deux ans plus tard, en 1988, Rémy rejoint ponctuellement l’équipe d’un tour opérateur pour lequel il officie en tant qu’accompagnateur de voyages. Il sera même le premier à monter un voyage en kayak au Spitzberg ! « Mon fils a suivi l’exemple, glisse-t-il en clin d’œil, il est aujourd’hui guide de kayak de mer en régions polaires ».

 

portrait_remy_03portrait_remy_01

À partir de 1990, sa connaissance du milieu lui permet d’opérer auprès des équipes d’Ushuaïa comme logisticien organisateur de tournage.

L’envie de témoigner, de montrer, taraudant un jour ou l’autre tout bon photographe, Rémy qui déjà à cette époque maîtrise le huitième art, publie un premier ouvrage sur les phoques : « en 1993, il existait bien peu de littérature sur eux ».
De fil en aiguille, l’intérêt pour l’animal en amenant forcément un pour son prédateur, Rémy commence à entretenir avec l’ours polaire, une relation de plus en plus exclusive. Tant et si bien qu’en 1994, il abandonne complètement l’industrie chimique pour se consacrer entièrement aux voyages, à la photo mais aussi à l’écriture et aux conférences.
Sillonnant sans relâche les bouts du monde glacés, Rémy ouvre en précurseur un certain nombre de destinations. Le Kamtchatka pour l’observation de l’ours brun, les îles Falkland pour celle des manchots… En 1995, il monte un voyage inédit aux confins du Canada, offrant aux voyageurs l’opportunité unique d’observer les femelles ours polaires et leur progéniture dans l’une des plus vastes aires de mise bas : « une aventure extraordinaire, tant pour les voyageurs que pour les indiens qui nous accompagnaient. C’était leur première expérience en tant que guide, ils vivaient là une véritable mutation à la fois psychologique et culturelle. »

portrait_remy_02
Voyage au Labrador, Canada

Sa rencontre avec Étendues Sauvages, aujourd’hui son unique partenaire dans le monde du voyage ? « J’ai rencontré Laurent, son fondateur, il y a une quinzaine d’années au festival de la photo animalière de Montier en Der et nous avons tout de suite senti que nous étions sur la même longueur d’ondes. » Depuis le photographe et l’agence travaillent sur des projets communs, dans l’univers des voyages bien sûr *, mais pas seulement. Car si les photos de Rémy ont fait le tour du monde, son intérêt pour les régions polaires et leur faune va au-delà de la plastique d’une image. Décrypter les problèmes géopolitiques, culturels et sociaux sous-jacents aux enjeux environnementaux, est sa manière à lui de s’engager. Engagement que l’on retrouve dans ses documentaires (le prochain, « Les métamorphoses de l’ours polaire » est co-produit par Arte) et dans les évènements qu’il monte, souvent en partenariat avec l’agence et l’association Pôles Actions. En septembre 2015, il a ainsi organisé au siège parisien de l’Unesco, un 3e colloque sur les ours polaires, évènement unique en France avec des spécialistes venus du monde entier, suivi en soirée des « Nuits boréales ».

* Son repérage estival au Labrador devrait donner naissance à un nouveau voyage chez Étendues Sauvages, tandis qu’il accompagnera l’été prochain une croisière en Alaska : « 12 passagers seulement, à bord d’un petit bateau, pour aller débusquer les ours dans des endroits rarement visités tel Anan Creek dans le parc national de Wrangell »…

À suivre !

Découvrez quelques images de Rémy Marion en ouvrant notre album Pinterest.

Regardez le film réalisé par Pôles d’Images sur nos voyages polaires.

 

Abonnez-vous au tableau Portrait de Rémy Marion de Etendues Sauvages sur Pinterest.