Les grands singes en Ouganda et au Rwanda, par Christophe Courteau

Gorille des montagnes, Rwanda © Christophe Courteau

 

Christophe Courteau a une connaissance de l’Afrique qui n’est plus à démontrer et il pourrait nous parler d’Ouganda, de Rwanda et des grands singes pendant des heures, en évoquant ses souvenirs de voyages. Voici quelques extraits choisis.

Quand êtes vous allé en Ouganda et au Rwanda pour la 1ère fois et combien de fois y êtes vous retourné depuis ?

Je suis allé au Rwanda pour la première fois en février 2005 et en Ouganda en avril 2006.
Très honnêtement, je ne sais plus combien de fois je suis retourné au Rwanda ou en Ouganda depuis, plus d’une dizaine de fois ça c’est sûr, et certaines années j’y suis allé plusieurs fois. Ne dit-on pas « quand on aime, on ne compte pas »…!

Votre expérience la plus marquante avec les chimpanzés à Kibale ?

Comme souvent, l’expérience la plus marquante avec les chimpanzés fût ma toute première rencontre. C’était un après-midi, juste après une petite pluie. Nous marchions en forêt depuis un moment et on approchait un groupe de chimpanzés qui avaient été repéré grâce à leurs cris. Mais d’après mes guides, ces cris étaient très inhabituels, très intenses, très nombreux.
Les chimpanzés étaient donc particulièrement excités et le faisaient savoir dans toute la forêt.
Nous nous sommes approchés, jusqu’à quelques mètres. Nous pouvions les entendre sans les voir, pourtant ils étaient bien là, tout près, on entendait leurs cris et même leur déplacement au sol, quand soudain j’ai aperçu mon premier chimpanzé dans une sorte de trouée de végétation.

Il était à une vingtaine de mètres seulement, il marchait au sol, et je ne le voyais pas très bien. Puis il s’est dressé, levé sur ses pattes arrières, a ramassé une branche qu’il a posé sur son épaule un peu comme une lance, il a avancé comme ça sur quelques pas en regardant au loin, puis il s’est laissé tomber au sol pour continuer à marcher, à quatre pattes.

La scène n’aura duré que quelques secondes seulement, mais cette vision ne m’a jamais quitté, car j’ai immédiatement fait le lien avec les images de ma jeunesse dans les livres sur les premiers hommes. C’est de loin une des rencontres les plus fascinantes de toute ma carrière de photographe animalier.
En fait, ce jour là, nous étions au beau milieu d’une bataille rangée entre deux clans de chimpanzés qui se disputaient un territoire.


Et pour les gorilles ?

Pour les gorilles, c’est différent. Bien sûr, le premier que l’on voit laisse un sacré souvenir. Depuis 10 ans, j’ai fait plus de cinquante trekkings pour voir les gorilles, j’ai donc vécu bon nombre de scènes mémorables. Mais indiscutablement, le moment qui m’a le plus marqué c’est quand un dos argenté, Akarevuro, le mâle dominant du clan Kwitonda, a chargé et m’a propulsé dans la végétation alors que je le prenais en photo au grand angle. Je n’ai même pas eu le temps de dire ouf qu’il était déjà passé derrière moi !

Les photos prises ce jour-là ont fait le tour du monde, car un dos argenté qui charge, c’est toujours extrêmement impressionnant, bien que les gorilles soient inoffensifs.

 

Pour vous, quel est le meilleur site pour observer et surtout photographier les gorilles des montagnes ?

Gorille des montagnes, Rwanda © Christophe Courteau

Je suis allé photographier les gorilles au Rwanda dans le Parc National des Volcans, au Congo dans le Parc National des Virunga et en Ouganda dans la Forêt Impénétrable de Bwindi. Toutes ces expériences sont fantastiques, mais c’est définitivement au Rwanda que l’on peut le mieux observer et photographier les gorilles de montagne.

Les groupes que l’on peut visiter sont nombreux, la logistique déployée par les équipes du Parc National est vraiment très professionnelle, très sérieuse. D’ailleurs les résultats sont là, la politique de conservation mise en place par le Rwanda porte ses fruits, car depuis mon premier voyage où les gorilles n’était que 500 environ, aujourd’hui, on en compte 880.
On peut dire que c’est une sacrée belle réussite !

 

 


Trois conseils pour ne pas rater vos photos de gorilles et de chimpanzés ?

Gorille des montagnes, Rwanda © Christophe Courteau
Photographier les gorilles au Rwanda © Christophe Courteau

Le premier conseil, c’est de partir en bonne forme physique. Car l’approche n’est pas simple, pour les gorilles, ils ne s’appellent pas gorilles de montagne pour rien… et pour les chimpanzés, même si le dénivelé est moindre, ils se déplacent beaucoup dans la forêt dense, il faut donc pouvoir les suivre.

Ensuite, il faut un équipement photographique solide, simple et léger. Il ne faut pas s’encombrer de gros téléobjectifs pour les gorilles que l’on approche assez près. En règle générale, un zoom grand angle sur un premier boitier, et un zoom de type 70-200 sur un deuxième boitier vous permettent de couvrir pratiquement toutes les situations.

Concernant les chimpanzés, c’est différent. Les distances de prise de vue peuvent être assez longues et dans ce cas, un long télé ou un zoom de type 500 mm ou 200-400 mm sera nécessaire. Le monopode est très utile dans ce cas car la forêt est sombre.
Enfin, il vaut mieux privilégier les appareils photo qui permettent de monter assez haut en sensibilité, ce que les boitiers récents savent très bien faire.
Des images à 4000 ISO ne sont pas rares dans la forêt de Kibalé, surtout s’il on veut capter des comportements avec de l’action.

 

Christophe Courteau est biologiste, naturaliste et géographe de formation.
En 1995, après quelque temps passé au sein d’un institut de recherche appliquée pour l’agriculture et l’environnement, il arrête tout et décide de faire de sa passion d’enfance, la photo animalière, son métier. Il devient très vite photographe professionnel.

© Kyriakos Kaziras
© Kyriakos Kaziras

Depuis, Christophe n’a cessé de parcourir la planète pour photographier le monde animal dans sa beauté et sa diversité.
Mais il ne photographie pas uniquement ce que la nature a de plus beau à nous offrir. Christophe nous montre aussi une autre réalité : la plupart des créatures et des paysages sauvages qui nous ont tant fait rêver sont fragiles et sont maintenant directement menacés par les activités humaines modernes…

Outre sa passion pour les espaces sauvages, Christophe travaille également sur les liens étroits qui unissent les populations traditionnelles et leur environnement.
Depuis 20 ans qu’il est professionnel, Christophe est également guide accompagnateur et organisateur de voyages photographiques en Afrique comme dans le monde entier. A ce titre, il collabore avec Etendues Sauvages depuis 2008.

Les images de Christophe Courteau ont été primées dans de nombreux concours photo internationaux, notamment celui du prestigieux « BBC Wildlife Photographer of the Year » ou en France, celui du Festival International de la Photographie Animalière de Montier-en-Der, mais surtout, son travail a été publié par les plus grands magazines et journaux.

De Paris Match ou le Figaro magazine en France, en passant par le célèbre National Geographic américain ou BBC Wildlife anglais, ses images (et les histoires qu’elles racontent) ont souvent fait le tour du monde, notamment son travail sur les lycaons ou sur les gorilles de montagne.

Découvrez ses images sur son site internet.

Quelques exemples de voyages conçus par Etendues Sauvages et qu’il accompagne.

Et son dernier film donnant un aperçu des voyages photographiques que nous concevons ensemble